Philosophie en CPGE A/L

 

 

 

 

La raison d’être de la philosophie, c’est d’élever la vie humaine à la hauteur d’une pensée.  La raison d’être de la philosophie en classe de Lettres supérieures puis de Première supérieure (autrement dites « Hypokhâgne » et « Khâgne »), c’est tout simplement d’y acheminer, dans toute la mesure du possible.

Hypokhâgne – Tronc commun (4h)

L’enseignement de première année constitue une approche progressivement approfondie de la discipline, que l’on pourrait définir comme l’exercice à la fois passionné et rigoureux de la pensée, à travers l’apprentissage patient, structuré et conceptuel, de la lecture des œuvres philosophiques. Les 4h de cours hebdomadaires permettent de s’initier à la fréquentation assidue des philosophes. Le programme y est libre, sans du tout s’écarter des grandes thématiques esquissées en classe de Terminale. Le professeur s’efforce de susciter l’étonnement – la mère, nous disent Platon et Aristote, nos deux premiers philosophes, de toute vraie philosophie - tout en portant l’accent sur la maîtrise requise de la méthodologie : construire une problématique, argumenter, exploiter des références, rédiger précisément, etc. Les étudiants sont invités à lire soigneusement, de manière efficace et, pour ce faire, guidée, avant tout les philosophes mais aussi d’autres auteurs qui, de près ou de loin, participent à la mise en œuvre d’une pensée digne de ce nom, à l’heure des sciences sociales. Divers exercices sont pratiqués, par-delà la classique dissertation, qui permettent à chacun de prendre conscience le plus objectivement possible de son cheminement. Tout cela contribue bien entendu à enrichir sa culture générale tout en développant comme il se doit l’esprit critique.

 

 

 

Khâgne – Tronc commun (4h)

 

L’enseignement de deuxième année est davantage spécialisé, et pour cause : il est consacré à l’exploration approfondie (et suivant une rotation annuelle) d’un des six champs proposés au concours de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et, par ricochet, à la préparation des épreuves des concours de la  BEL (Banque d’Épreuves littéraires). Ces thèmes sont l’art, la politique et le droit, la morale, le langage et les sciences humaines, la science, la métaphysique.  On y prépare les étudiants à une épreuve de dissertation dans le cadre de ce programme. Tout en approfondissant sensiblement l’enseignement reçu en première année, l’objectif est de consolider définitivement la maîtrise des exigences méthodologiques de la discipline et de contribuer à l’élaboration d’une culture générale substantielle. Divers exercices, de lecture, d’expression orale, d’élaboration d’une fiche de synthèse ou d’analyse, etc. y contribuent durant toute l’année. C’est aussi l’occasion de s’initier aux exigences de la recherche en sciences humaines dans l’optique d’études supérieures longues.

 

 

 

Khâgne – Spécialité (4h au lycée, 2h à l’université)

Il s’agit, d’une part, en préparant l’épreuve de dissertation  de spécialité pour ceux qui auront, au terme de la première année, fait le choix de la philosophie, de parcourir le plus amplement et le plus précisément possible deux thèmes mis au programme de son concours d’entrée par l’E.N.S. et renouvelés chaque année , d’autre part de préparer l’épreuve orale en étudiant de très près deux œuvres philosophiques elles aussi mises au programme  par l’E.N.S. et renouvelées chaque année. Un travail de fond est exigé, de lecture et de réflexion approfondie, ce qui suppose un engagement et une participation personnelle enthousiastes. C’est, une fois encore, l’occasion de s’initier aux exigences de la recherche en sciences humaines dans l’optique d’études supérieures longues.

Philo1.jpg
Philo2.jpg
Philo3.jpg

Choisir la spécialité philosophie